Discours aux forces Sentinelle à l’occasion des vœux 2018

Go Back


Vœux de Natalia Pouzyreff aux Forces armées -Sentinelle
Camp des Loges, Saint-Germain-en-Laye, 19 janvier 2018

Monsieur le Chef d’état-major, Mesdames et Messieurs les officiers, les sous-officiers et militaires du rang de l’opération Sentinelle et de l’état-major de la zone de défense de Paris ; M. le Maire, cher Arnaud,

Je vous remercie chaleureusement de m’accueillir au camp des Loges, pour cette cérémonie des vœux, l’unique cérémonie, que j’organise en ce mois de janvier. Je suis ici pour vous présenter à tous mes souhaits de bonne année. Que 2018 soit, pour vous comme pour vos familles et toutes celles et ceux qui vous accompagnent, une année d’accomplissement.

L’année dernière, le peuple Français s’est choisi un nouveau Président de la République et une nouvelle représentation nationale. J’ai l’honneur de faire partie de cette dernière, d’être aujourd’hui, comme vous, au service de notre communauté nationale. Membre de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées, une des huit commissions permanentes de l’Assemblée nationale, j’ai tenu à vous rencontrer en ce début d’année pour vous témoigner, au nom de tous mes collègues, notre considération et notre soutien.

Que ce soit sur le territoire national ou en opération extérieure, l’armée française assume de plus en plus de missions, des missions difficiles, mais essentielles pour notre pays, des missions qui se révèlent souvent dangereuses. Je pense par exemple à l’incident survenu, au lendemain de ma première visite ici ; le 9 août 2017, à Levallois-Perret, un véhicule a renversé un groupe de militaires du 35ème régiment d’infanterie en mission pour l’opération Sentinelle, faisant six blessés dont trois plus grièvement. Quatre jours avant, une tentative d’attaque contre d’autres soldats de Sentinelle avait eu lieu sur le site de la tour Eiffel à Paris. Les forces de l’ordre sont de plus en plus souvent les cibles d’individus se référant au terrorisme islamiste. 

Lors de ses vœux aux Français le 31 décembre 2017, le Président de la République nous a rappelé qu’en 2018 nous aurons à continuer la lutte contre le terrorisme islamiste au Levant, au Sahel et sur notre sol national. Il a aussi souligné l’importance des efforts qu’il nous faudra faire au niveau international pour gagner la paix, au Proche-Orient, en Afrique et ailleurs encore. Il a qualifié cet effort d’: « Un travail indispensable pour notre sécurité mais aussi parce qu’il est notre mission universelle, ce travail pour garantir la stabilité des Etats et assurer le respect de toutes les minorités ».

C’est vous et vos camarades qui êtes en première ligne pour assurer cette mission, oh combien noble mais aussi combien difficile.

Je pense aux militaires qui ont été blessés, aux militaires disparus en 2017, à la peine de leurs familles et de leurs proches. Je salue la solidarité qui habite notre armée et apporte un soutien inestimable à ses membres. Votre engagement justifie que la commission de la Défense nationale et des Forces armées accorde une grande importance à vos conditions de vie, que ce soit sur les théâtres de bataille ou sur notre territoire. Je suis heureuse que la Ministre des Armées, Florence Parly, ait donné une place importante, dans le programme de travail de son ministère, aux conditions de vie militaire. Dans cet objectif, elle a lancé le Plan Famille à partir d’un constat simple : il n’y a pas de soldat fort sans famille heureuse. Il s’agit de mieux concilier un engagement exigeant avec une vie familiale épanouie en aidant d’abord les plus fragiles et en se penchant sur les questions de disponibilité et de mobilité.

Ce plan prévoit, sur la durée du quinquennat, une dépense supplémentaire de 300 millions d’euros dont une grande partie sera engagée dès 2018. Avec des mesures très variées : la construction de 660 logements de fonction d’ici 2020, la rénovation de nombreux autres, en particulier dans les zones de tension locative forte. Dès 2018, 240 places de crèches supplémentaires seront créées. Pour permettre aux militaires de rester en contact quasi-permanent avec leurs familles, un accès Wi-Fi gratuit en tout temps et en tout lieu sera assuré, dans les cantonnements et lors des opérations extérieures – quand le contexte opérationnel le permettra, bien-sûr -. Les ordres de mutation seront désormais communiqués cinq mois avant le début de l’affectation dans au moins 80% des cas.

2018 sera aussi l’année d’une nouvelle loi de programmation militaire qui couvrira la période 2019-2025. Avec la volonté de porter notre effort de défense à 2% du PIB à l’horizon 2025 pour une véritable remontée en puissance de nos Forces qui renforce notre place de première armée au sein de l’Europe. Le monde dans lequel nous vivons est marqué par un contexte stratégique instable et imprévisible, une menace terroriste durablement élevée – dont le possible retour de djihadistes français n’est qu’une facette – une simultanéité des crises, l’affirmation militaire de puissances établies ou émergentes, l’affaiblissement des cadres multilatéraux et la révolution numérique. Ce contexte nous oblige, nous représentants de la Nation, à être volontaires et ambitieux pour nos capacités militaires et nos soldats.

Je souhaite aborder la question, que je sais sensible, du dispositif sentinelle. Comme l’ont montré les récentes attaques, cette opération comporte des risques. Sachez en premier lieu qu’une très grande majorité de Français plébiscite votre engagement, vous les rassurez et ceci n’est pas la moindre des choses. La menace est omniprésente, réelle, grave et résiliente et vous êtes parfaitement formés pour y répondre. Surtout, comme l’a si justement souligné le Président de la République, vous êtes le visage de la République. Alors soyez forts et justes. Montrez que la France, dans le contexte actuel, continue à porter haut ses valeurs quel qu’en soit le risque ou la situation. Nous gagnerons aussi cette guerre par l’exemple dont vous faites preuve chaque jour.

Alors, évidemment, des ajustements ont été nécessaires et ceux de septembre dernier ont essayé de répondre aux problèmes soulevés. Il s’agit de rendre le dispositif plus agile, moins statique et plus dynamique. L’objectif est de se déployer plus efficacement, de s’adapter au contexte tout en étant moins prévisible, mais en restant toujours proche des Français. Il est essentiel qu’en dépit d’un niveau d’engagement élevé, un meilleur équilibre soit trouvé entre phases d’opérations, d’entraînement et de repos des militaires.

Soyez certains que la représentation nationale est à votre écoute et que le processus d’amélioration sera continu.

Je souhaite également saluer l’apport des réservistes à cette mission, qu’ils soient jeunes ou bien soldats aguerris, leur engagement est leur passion, leur passion est l’engagement, toujours au service de la Nation.

Pour terminer, je voudrais vous dire la fierté que nous ressentons, M. le Maire et moi-même, à vivre dans une ville qui a une longue tradition militaire.

Il y a 162 ans, en 1856, Napoléon III a créé sur ce site une première installation militaire, un champ de tir de 25 ha. Quinze ans plus tard, en 1871, un véritable camp militaire a été construit, qui a grandi jusqu’à occuper 85 hectares. Aujourd’hui le camp des Loges occupe une surface moins importante, environ 50 hectares. Et il faut traverser la N184 pour retrouver dans la forêt l’ancienne butte de tir du camp, la fameuse « muraille de Chine », toujours indiquée sur les cartes au 25 000ème. Pas très facile d’accès à cause des broussailles et des ronces. Mais elle est encore visible pour ceux qui seraient tentés par la promenade ! Plus de butte de tir dans le camp mais pendant 17 ans, de 1951 à 1968, l’installation du poste de commandement de l’Otan. Et aujourd’hui le Poste de commandement de l’Etat-major de la Zone de Défense et de Sécurité de Paris.  Il m’a été dit qu’en 1914, près de 10 000 hommes casernaient à Saint-Germain en Laye. Un nombre qui a certes bien diminué mais la communauté de défense de Saint-Germain en Laye reste importante, et accueille non seulement du personnel militaire et civil de l’armée mais aussi des réservistes.

En guise de conclusion, je vous renouvelle notre soutien dans vos missions. « La défense – expliquait le Général De Gaulle – c’est là, en effet, la première raison d’être de l’Etat. Il n’y peut manquer sans se détruire lui-même ».Tant que la menace est loin d’être éradiquée, la population, l’Etat, nous tous avons besoin de vous, votre présence est rassurante et vous êtes encore plus que jamais indispensable.

C’est donc avec beaucoup de plaisir que je m’apprête à partager galette et cidre avec vous.

Je vous souhaite à toutes et à tous, ainsi qu’à vos proches, mes vœux de réussite et de bonheur pour 2018 !

 

 

2018-02-14T12:58:15+00:00